Agregador de canales de noticias

L’UNESCO organise un débat Oxford Union en ligne de sur l’avenir de l’apprentissage mobile

Actualités - Jue, 18/09/2014 - 16:40

L’apprentissage mobile étant en perpétuelle évolution, il offre d’innombrables possibilités d’enseignement. Le concept même d’apprentissage accessible grâce à un téléphone mobile ouvre la porte à de nombreuses possibilités. L’apprentissage mobile a déclenché de vives discussions depuis des années malgré son potentiel de transformation de l’éducation mondiale, en permettant un apprentissage chez soi et en atteignant les populations marginalisées autant du point de vue géographique que social.

L’UNESCO aimerait mettre fin à ce désaccord en lançant le débat de l’Université d’Oxford sur l’apprentissage mobile le 18 septembre prochain.

Le concept d’apprentissage mobile peut être décrit comme l’utilisation de technologies portables pour faciliter, soutenir et encourager l’accès à l’apprentissage. Les supports d’apprentissage mobile peuvent être accessibles à tout endroit et à tout moment et permettent une formation à distance grâce à des programmes partagés en libre accès et personnalisés.

Bien accueilli pour ses avantages d’accès, l’apprentissage mobile a également été critiqué pour ses inconvénients : lecture prolongée sur petit écran, faible durée de vie des batteries, disponibilité limitée des plateformes.

Le débat en ligne de neuf jours aura pour but d’explorer chaque avantage et chaque inconvénient de l’apprentissage mobile, un outil d’éducation à l’échelle mondiale.

Le débat d’Oxford organisé par l’UNESCO est fier d’accueillir Barbara Reynolds (Guyane) comme modérateur et de faire intervenir Steve Vosloo (Afrique du Sud) pour sa vision idéaliste et Osama Manzar (Inde) pour son point de vue réaliste.

Steve Vosloo puisera dans son expérience en tant que spécialiste de l’apprentissage mobile dans les pays en voie de développement pour convaincre le public ainsi que son adversaire que l’apprentissage mobile a un véritable avenir. Osama Manzar cherchera à démanteler la vision idéaliste de Vosloo en utilisant les faits et les dures réalités du mLearning dans les systèmes scolaires du monde actuel. 

Grâce aux diverses occasions de s’impliquer, ce débat permettra aux participants de suivre, de voter ou de formuler des commentaires depuis la plate-forme communautaire de suivi du SMSI.

Le débat sera clairement structuré autour de trois phases clés de discussion :

  1. L’ouverture, le 18 septembre 2014
  2. L’argumentation, le 23 septembre 2014
  3. La clôture, le 26 septembre 2014

Vous pouvez créer un compte et participer au débat sur l’apprentissage mobile en consultant la page Débat d’Oxford sur l’apprentissage mobile. 

Pour plus d’informations sur l’initiative YouthMobile de l’UNESCO, vous pouvez consulter notre page Twitter @YouthMobile_ ou visiter notre site : www.youthmobile.org

For development, tackle impunity for crimes against journalists

News - Jue, 18/09/2014 - 10:12

Speaking on a panel organized by the press freedom NGO, ARTICLE 19, Berger referred directly to the draft text of the 16th Goal about promoting peaceful and inclusive societies for sustainable development, justice for all and effective, and accountable and inclusive institutions. He proposed that addressing impunity for the killings of journalists was the key to resolving the following of Goal 16’s sub-goals:

  • 16.1 significantly reduce all forms of violence and related death rates everywhere
  • 16.3 promote the rule of law at the national and international levels, and ensure equal access to justice for all
  • 16.a strengthen relevant national institutions, including through international cooperation, for building capacities at all levels, in particular in developing countries, for preventing violence and combating terrorism and crime

“By explicitly mainstreaming the protection of journalists into these SDGs, a message will be sent out more widely that violence in other social instances will not be tolerated.”

Dealing with the “visible journalistic tip of the iceberg” would also make it easier to achieve the aspirations of sub goal 16.10, which aims “to ensure public access to information and protect fundamental freedoms,” said Berger.

The UNESCO Director highlighted the opportunity of the International Day to End Impunity for Crimes against Journalists set for 2 November. “This Day opens the possibility to link journalism safety and impunity to the broader concerns that are held by judges, prosecutors and lawyers”.

A linkage to the rule of law, of direct relevance to development issues, is the precise purpose of a conference in the European Court of Human Rights in Strasbourg set for November 3, said Berger. “The conference will be followed by a review meeting of the UN Plan of Action on the Safety of Journalists and the Issue of Impunity, which UNESCO is mandated to lead”.

The UN Plan, which has operated for two years as a framework for joined-up action amongst all stakeholders, also stresses the inclusion of safety and impunity issues within the wider UN development agenda.

Speaking on the same panel event in Geneva, Russian journalist Gregori Shvedov called for new mechanisms and actors to investigate crimes against journalists. Prima Jesus Quinsayas, a private prosecutor in Phillipines’ Ampatuan massacre almost five years ago, which left 32 journalists murdered, stated that impunity was deeply entrenched in her country.

ARTICLE 19’s legal office, Andrew Smith said that nine of 10 murders of journalists had gone unpunished in the last 10 years. He praised a recent statement by international rapporteurs on freedom of expression, which urges stronger protection for journalists covering conflicts.

The new UN HRC statement on the safety of journalists is likely to be finalized by 26 March.

Recherche de formateurs en photojournalisme à l’heure des nouveaux médias

Actualités - Mié, 17/09/2014 - 16:55

L’UNESCO recherche actuellement des formateurs qui pourraient faire partager leur solide expérience en matière de « photojournalisme à l’heure des nouveaux médias ». Ils formeraient ainsi une vingtaine de jeunes photojournalistes issus de la région arabe. Cette formation est temporairement programmée à Amman (Jordanie) du 19 au 23 octobre 2014.

Veuillez nous adresser votre candidature en nous faisant parvenir les documents suivants :

  • un CV à jour où apparaissent un échantillon de vos travaux ainsi que les formations que vous avez récemment dispensées
  • une confirmation de vos disponibilités aux dates spécifiées
  • un projet de formation comprenant une explication de la méthode, un agenda et des supports de formation (dans un document qui ne devra pas dépasser 1 000 mots)
  • une offre financière pour tous les honoraires, frais de voyage, d’hébergement, etc.

Veuillez noter que : le formateur devra prendre ses dispositions pour l’organisation de ses déplacements. Il devra par exemple prendre en charge son visa, réserver ses billets, etc.

La date limite d’envoi des candidatures est a été fixée au dimanche 21 septembre 2014 à minuit (heure de Paris).

Merci d’envoyer votre candidature à :

  • Maaly Hazzaz
    UNESCO, division de la liberté d’expression et du développement des médias.

Advancing excellence in the archives profession in the United Arab Emirates

News - Mar, 16/09/2014 - 15:46

The host of the meeting, Dr Abddulla El Reyes, Director General of the National Archives of the UAE, introduced the initiative in the context of the numerous challenges archives and archivists around the world are facing today, while addressing the complex issues inherent in the transition to a digital society.

The main objective of the future Centre is to advance the development of archival institutions and to contribute to the preservation of the world’s documentary heritage through research, education and training, public engagement and strategic international collaboration. 

The initiative has been inspired by several UNESCO documents, namely, the UNESCO Charter on the Preservation of the Digital Heritage (2003), the UNESCO Universal Declaration on Archives (2011), and the UNESCO/UBC Vancouver Declaration on Digitization and Preservation (2012).

Experts in the meeting unanimously emphasized the sense of urgency for the archival institutions, both government and private, to be better equipped to keep pace with modern electronic records and their rapidly evolving hardware and software, while addressing public demands for online access. In this regard, the growing need for well-trained archivists was stressed, as well as the need for access to best practices and learning opportunities in many developing nations. The necessity of preserving existing fragile paper, photographic, film, and other printed resources of enduring value, ensuring a long-term accessibility and usability was also raised during the debates.   

Further, experts discussed in detail, the mandate, the possible strategic priorities, the outreach, the governance and cooperation perspectives of the future Centre of Excellence.

The UNESCO representative, Ms Iskra Panevska, spoke of UNESCO’s flagship programme Memory of the World as an international collaborative effort, aimed at safeguarding, protecting and facilitating access to and use of documentary heritage, especially heritage that is unique and endangered. She evoked UNESCO’s standard-setting capacity and action in the implementation of international standards and highlighted the broader implications of violations of such standards on stability, recovery and development. In this context, Ms Panevska, referred to the most recent UNESCO programme of assistance to rebuild Mali’s cultural heritage and to safeguard its documentary heritage. She argued that enabling continuity of documentary heritage will support good governance and transparency, protect rights and contribute to building inclusive Knowledge Societies. In this sense, the proposed Centre of Excellence was deemed to be a very timely and useful initiative.

UNESCO established the Memory of the World Programme  in 1992, in response to a growing concern about the alarming state of the preservation of, and access to documentary heritage in the world.

YouthMobile initiative successful in hosting app development training in South Sudan

News - Mar, 16/09/2014 - 14:46

The 10-day training took place at the University of Juba in South Sudan, where Ms Martha Chumo, Director of The Dev School, conducted an extensive workshop on mobile app development using the globally renowned Massachusetts Institute of Technology (MIT) App Inventor curriculum.

All 40 participants successfully completed the beginner-level portion of the MIT curriculum, allowing for the creation of basic mobile applications. For the closing ceremony held on 23 August, the participants divided into teams in order to develop and present mobile applications for peace, youth unemployment, literacy and culture.

Dona Apiyo and Ponny Rose Lupai, aged 25 and 28, proudly presented a mobile app that served as a game and an educational tool for children to learn about the flag of South Sudan. The app allowed users to draw the South Sudan flag and learn the meaning behind each of the flag’s colours.

Rana Najmaldin and Poni Wani, both 22 years old, chose to develop a mobile app that effectively communicates information on South Sudan as a nation while promoting the concept of peace among South Sudanese people.

Students started developing their mobile applications on day four of the 10-day training, giving each team approximately one week to develop the application. For many students, the concept of using ICTs and mobile phones for development was a new one.

Maria Chana, a 19 year-old YouthMobile participant, expressed her interest in pursuing a career using mobile app development in the future: “I always wanted to work in IT and this has given me the [motivation] to move forward. I plan to go ahead and teach more people [app development] where I come from. I'm really grateful." - Maria Chana.

Ms Muyou Charity Lady described the training as not only helpful for herself but also for other young women looking to gain the right “opportunities and skills to create new developments in IT, social work and education”.

Ms Araba Victoria Gunga proudly recommended mobile app development training for young people, commenting that: “[mobile app development] is really something different that I have never learned before”.

Final presentations of all the mobile apps developed were made at the closing ceremony, held at the College of Computer Science and Information at the University of Juba.

In addition to the final presentations, the closing ceremony consisted of a series of notable remarks from Mr. David Lukudu (University of Juba), Martha Chumo (The Dev School), Prof. Pauline Elaine Riak (University of Juba), Mr. Basel Manasrah (Zain South Sudan), Mr. Salah Khaled (UNESCO) and Hon. Rebecca Joshua Okwachi (Ministor of Telecommunication and Postal Services).

UNESCO and Zain South Sudan were proud to see 10 total mobile apps developed as a result of this beginner-level training.

The YouthMobile workshop was largely a success because of its partnership with Zain South Sudan, a local mobile telecommunications provider, and the University of Juba.

Zain generously provided 20 Android mobile phones with prepaid data access to the participating students and the University of Juba supported the initiative with the provision of 40 computers.

In the upcoming months, UNESCO and Zain hope to replicate this training workshop in South Sudan and neighboring countries in order to reach the maximum number of young people with app development training.

By 2017, YouthMobile aims to have empowered at least 25,000 young people worldwide with the skills and confidence to develop, promote and sell at least 5,000 mobile apps.

UNESCO is currently organizing similar YouthMobile workshops in Kenya, Nigeria, Jordan and Lebanon.

To find out more on this initiative please follow us on Twitter : JubaYouthMobile.

Openly-licensed photos from the Workshop are available at: https://www.flickr.com/photos/125945777@N02/.

To find out more about the UNESCO YouthMobile Initiative, follow us on Twitter, Flickr, Slideshare, Youtube, Soundcloud or visit our website.

UNESCO is organizing similar YouthMobile workshops in Kenya, Nigeria and Lebanon.

Contact:

Lydia Gachungi
Tel : +211 911 066002/922066002
Email : l.gachungi(at)unesco.org

Le directeur général adjoint de l’UNESCO fait l’éloge de la Déclaration africaine pour Internet

Actualités - Mar, 16/09/2014 - 09:33

Selon lui, cette initiative est un « grand jalon dans l’ère numérique ». Il a fait référence à la Déclaration de Windhoek datant de 1993, à la Charte africaine de la radiodiffusion de 2001 et à la Déclaration de principes sur la liberté d’expression en Afrique de 2002.

« Nous accueillons avec enthousiasme la proposition de l’UNESCO d’intégrer la Déclaration dans ses stratégies prioritaires pour l’Afrique », a-t-il déclaré, ajoutant que l’UNESCO continuerait à défendre les droits sociaux et culturels liés à Internet ainsi que l’utilisation de langues et d’initiatives locales sur le Web.

« Nous œuvrons au sein de l’agence des Nations unies spécialisée dans l’éducation, la culture, la science, l’information et la communication afin d’encourager le développement actuel d’Internet au service de l’humanité ».

Selon le directeur général adjoint, le lancement de la Déclaration africaine contribuera par ailleurs à enrichir l’étude de l’UNESCO sur les questions liées à Internet et les travaux de recherche qui s’y rapportent.

M. Engida s’est également exprimé lors de la session principale du FGI à propos des « Politiques facilitant l’accès, le développement et la croissance de l’Internet » et a présidé des rencontres bilatérales réunissant un grand éventail de spécialistes comme les représentants des moteurs de recherche Vint Cerf et Google et Omobola Johnson, Ministre nigérian des technologies de la communication et membre du Centre pour la science et la technique au service du développement (CSTD).

Seeking trainers on Photojournalism in the Age of New Media

News - Lun, 15/09/2014 - 17:14

UNESCO is currently looking for individual trainers with proven experience in the topic of “Photojournalism in the Age of New Media”. Trainers will provide a training course for 20 young photo journalists from the Arab region. The training is tentatively planned to be held in Amman (Jordan) from 19 to 23 October 2014.

Please submit your application with the following material:

  • an updated CV including sample of work, and most recent trainings provided; 
  • confirmation of availability on the specified dates;
  • a methodology for the training including a sample training method, agenda and training material (not to exceed 1000 words); and
  • a financial offer for all costs including fees, travel, accommodation, etc.

NOTE: the trainer will be responsible for all travel arrangements, including visa, tickets, etc. 

The deadline for receiving proposals is midnight Sunday, 21 September 2014, Paris time.

All proposals should be sent to:

  • Maaly Hazzaz
    UNESCO, Division for Freedom of Expression and Media Development

UNESCO triggers discussion on how Internet companies protect online free expression

News - Lun, 15/09/2014 - 16:31

These twin conclusions emerged at a UNESCO-hosted session at the Internet Governance Forum in Istanbul, on 5 September 2014, where eight participants discussed the early results of a joint research project by UNESCO, the Open Society Foundation and Internet Society.

Guy Berger, UNESCO’s Director for Freedom of Expression and Media Development, said that the research explored how Internet intermediaries foster or restrict freedom of expression across a range of jurisdictions, circumstances, technologies and business models.

He said the issue related to debates about both private and privatized censorship, and highlighted that the research deals with exceptions to what should be a norm of the free flow of information.  

Rebecca MacKinnon, the commissioned lead author of the research, gave a presentation on the major findings.

The case study research covers three categories of intermediaries:

  • Internet Service Providers (fixed line and mobile) such as Vodafone (UK, Germany, Egypt), Vivo/Telefônica Brasil (Brazil), Bharti Airtel (India, Kenya), Safaricom (Kenya);
  • Search Engines such as Google (USA, EU, India, China, Russia), Baidu (China), Yandex (Russia); and
  • Social Networking Platforms such as Facebook (USA, Germany, India, Brazil, Egypt), Twitter (USA, Kenya), Weibo (China), iWiW (Hungary).

The research showed that Internet intermediaries are heavily influenced by the legal and policy environments of States, but they do have leeway over many areas of policy and practice affecting online expression and privacy.

The findings also highlighted the challenge where many state policies, laws and regulations are - to varying degrees - poorly aligned with the duty to promote and protect intermediaries’ respect for freedom of expression.

The research also recommends specific ways that intermediaries and states can improve respect for Internet users’ right to freedom of expression. This is through promoting:

  • adequate legal frameworks and policies consistent with international norms,
  • multi-stakeholder policy development,
  • transparency of governance,
  • accountability in self-regulation,
  • mechanisms for remedy, and
  • public information and education.

Among the respondents on the panel were representatives from Google, the Council of Europe, ICANN, EuroISPA, civil society and academia.

Participants acknowledged that it was timely to tackle questions that went beyond intermediaries’ liability issue. The discussion focused on how to have more transparency reports published and how to go beyond industry dialogue and develop a broader framework.

All comments received at this meeting will be consolidated in the final research to be published by late 2014. This research will feed into the ongoing UNESCO Comprehensive Study on Internet.

UNESCO also invited participants to join UNESCO multistakeholder conference to discuss the first draft of the Study, at UNESCO Headquarters in Paris on 3 and 4 March 2014.

UNESCO to Host Online Oxford Union Debate on mLearning

News - Vie, 12/09/2014 - 16:59

As mLearning continues to evolve, the possibilities for mobile learning appear endless. The concept alone of education being freely accessible through a mobile device opens the door to endless possibilities. However, mLearning has been largely debated over the years despite its potential for global education transformation, expanding learning at home, and reaching marginalized populations from both a geographical and social standpoint.

UNESCO aims to rectify this discrepancy with the launch of an Oxford Union debate on the topic of mLearning on 18 September.

The concept of mLearning, or mobile learning, can be described as the use of handheld technologies to facilitate, support, enhance and/or extend the reach of teaching and learning. mLearning materials are virtually accessible from any location and may be used at any time, creating a form of distance learning that allows content to be open-sourced, shared and customizable.

Although applauded for its convenience in accessibility, mLearning has also been criticized for its inconveniences: lengthy reading on small electronic screens; limited battery life on mobile phones, and limited platform availability.

The 9-day online debate intends to extensively cover every single highlight and drawback of mLearning as a global education tool.  

UNESCO’s Oxford Union debate is proud to have Barbara Reynolds (Guyana) as the debate moderator with Steve Vosloo (South Africa) as the Idealist and Osama Manzar (India) as the Realist.

Steve Vosloo plans on drawing from his experience as a mobile learning specialist in developing countries to convince audiences – as well as his opponent – that mLearning is here to stay.

As our Realist, Osama Manzar’s job will be to pick apart Vosloo’s Idealistic vision with the harsh facts and realities of mLearning in today’s world and education systems.

With many opportunities to get involved, this debate on mLearning will allow participants to simply follow along, vote or comment – all on UNESCO’s WSIS Community platform.

The debate will be clearly structured around three key phases of discussion:

1)     The Opening: 18 September 2014

2)     The Rebuttal: 23 September 2014

3)     The Closing: 26 September 2014

Create an account and participate in this exciting debate on mLearning by visiting us at the Oxford Debate on Mobile Learning.

To find out more about the UNESCO YouthMobile Initiative, follow us on Twitter @YouthMobile_ or visit our website: www.youthmobile.org

L’UNESCO a fait passer des messages clés lors du 9e Forum sur la gouvernance de l’Internet

Actualités - Mié, 10/09/2014 - 12:43

Après avoir confirmé l’engagement de l’UNESCO à adopter une gouvernance de l’Internet basée sur un modèle multipartenaires, Getachew Engida a affirmé que cette gouvernance de l’Internet devrait favoriser une meilleure inclusion numérique, une meilleure liberté d’expression en ligne et une plus grande confidentialité.

Il a également invité les parties prenantes à participer au projet d’étude sur les questions liées à Internet de l’UNESCO, qui aborde l’accès au savoir et à l’information, la liberté d’expression, la confidentialité et les dimensions éthiques de la société de l’information.

Cette étude a été commandée lors de l’adoption de la Résolution 52 à la 37e Conférence générale de l’UNESCO, en 2013. Les résultats comporteront des solutions possibles pour les États membres.

Le directeur général adjoint a encouragé les participants du FGI à assister à la conférence multipartite qui se tiendra au siège de l’UNESCO les 3 et 4 mars 2015, où un avant-projet de l’étude sera présenté.

Le 3 septembre, M. Engida a également assisté au Forum ouvert de l’UNESCO qui regroupait des spécialistes qui répondaient à une série de questions relatives à cette étude.

Les participants du Forum ouvert ont reconnu que cette étude était une initiative pertinente et cohérente dans le cadre des objectifs de l’UNESCO puisqu’elle allait servir de ressource de savoir pour la communauté internationale de parties prenantes dans le domaine de l’Internet.

Vous pouvez consulter le rapport sur le Forum ouvert de l’UNESCO lors du FGI à Istanbul en cliquant sur le lien suivant.

La vidéo du Forum ouvert de l’UNESCO lors du FGI est disponible ici.

Il faut souligner l’importance d’une autre session qui s’est tenue le 3 septembre lors du FGI, consacrée à la sécurité numérique des journalistes comme partie intégrante de la liberté d’expression. Cette session a porté sur la recherche financée par l’UNESCO et soutenue par le Danemark.

« La sécurité numérique est une grande étape dans l’établissement d’un environnement favorable pour les journalistes », a été l’un des messages forts de cette session.

Organisée par l’UNESCO, le Comité pour la protection des journalistes et le Centre pour les études sur la liberté d’expression et l’accès à l’information, cette session a été l’occasion pour les intervenants d’appeler à une meilleure sensibilisation sur la sécurité numérique. Le projet de recherche sera disponible dans l’année 2014.

UNESCO DDG commends African Internet Declaration

News - Lun, 08/09/2014 - 17:26

The initiative is a “significant milestone in this digital era,” said Mr Engida, making reference also to the 1993 Windhoek Declaration, the 2001 African Charter on Broadcasting and the 2002 Declaration of Principles on Freedom of Expression in Africa.

“We warmly welcome the call for UNESCO to integrate the Declaration into our Priority Africa strategies,” he said, adding that UNESCO would continue to promote the social and cultural rights on the Internet as well as the use of local languages and local content online.

“As the UN’s agency that specialized in education, culture, science, and communication-information, we pledge to play our part in the ongoing development of the Internet in the service of humanity.”

The launch of the African Declaration would also be a valuable contribution to UNESCO’s consultative Internet Study and other related work, said the UNESCO Deputy Director-General.

Mr Engida also spoke at an IGF main session on “Policies Enabling Access, Growth and Development on the Internet”, and held bilateral meetings with a range of actors including Internet founder Vint Cerf and Google, as well as Omobola Johnson, Nigeria’s Minister of Communication Technology and Chair of the UN Commission on Science and Technology for Development (CSTD).

UNESCO delivered key messages at 9th Internet Governance Forum

News - Lun, 08/09/2014 - 14:08

Reaffirming UNESCO’s commitment to the multi-stakeholder model of Internet Governance, Mr Engida highlighted that Internet governance should advance digital inclusion as well as online freedom of expression and privacy.

He also invited stakeholders to contribute research to UNESCO’s Internet-issues study, which covers access to information and knowledge, freedom of expression, privacy, and the ethical dimensions of the information society.

The Study was mandated by Resolution 52 of UNESCO's 37th General Conference, in 2013.  The outcomes will include options to the Member States.

The DDG encouraged IGF participants to attend the multi-stakeholder conference at UNESCO on 3 and 4 March 2015, where a zero draft of the Study will be reviewed.

Mr Engida also chaired the UNESCO Open Forum on 3 September which included a panel of experts giving their answers to selected questions that the Study seeks to answer.

Participants at the Open Forum acknowledged the Study as a pertinent initiative that would also be valuable beyond UNESCO’s purposes, by serving as a knowledge resource for the wider community of Internet stakeholders.

The meeting report of UNESCO Open Forum at IGF 2014 in Istanbul is available at this link.

The Video of UNESCO Open Forum at IGF 2014 in Istanbul is available here.

Another session by UNESCO at IGF on 3 September was also relevant to the Study, through its focus on digital safety for journalism as part of freedom of expression. The session discussed research commissioned by UNESCO with the support of Denmark.

 “Digital safety is a very important brick in the wall of the enabling environment for journalists,” was the strong message at this session.

Co-hosted by UNESCO, the Committee to Protect Journalists, and the Center for Studies on Freedom of Expression and Access to Information, the session heard speakers call for extensive awareness raising on the subject of digital safety.  The research will be available later in 2014.

Protection du patrimoine documentaire : Un colloque international du 4 au 6 septembre au Sénégal

Actualités - Jue, 04/09/2014 - 11:18

Cela, dans un contexte où « les guerres, les conflits et les troubles occasionnent très souvent la destruction d’édifices et bâtiments publics abritant le patrimoine documentaire. Il en résulte inéluctablement la dégradation, voire la disparition de fonds et collections documentaires, caractérisés par leur vulnérabilité car consignés pour l’essentiel sur support papier ». 

L’objectif principal de ce colloque, est d’offrir un espace de discussion permettant aux participants, venus du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la Gambie, du Mali, du Niger, de la République centrafricaine, du Togo, de la France et ceux du Sénégal, de partager leurs connaissances et expériences en matière de protection du patrimoine documentaire dans les zones à risques ciblées.

Aussi, permettra-t-elle de rendre un hommage, à titre posthume, au Dr Ndèye Sokhna Guèye, enseignante-chercheur à l’Ifan/Cheikh Anta Diop, présidente du Comité sénégalais Mémoire du monde de 2009 à 2014, en présence des membres de sa famille et de la communauté universitaire. L’ouverture de la rencontre sera présidée par le Ministre de la Culture et de la Communication, M . Mbagnick Ndiaye.      

Actuellement, il y a 15 inscriptions du continent africain au Registre de Mémoire du monde, notamment, des pays suivants: Angola, Bénin, Ethiopie, Ghana, Madagascar, Maurice, Namibie, Sénégal, Afrique du Sud et Tanzanie. Pour les nominations 2014-2015, il y a 10 nouvelles demandes d'inscription au Registre présentées par sept pays africains.

Des Comités nationaux Mémoire du monde ont été établis dans plusieurs pays en Afrique : notamment en République Centrafricaine,  République Du Congo, Malawi, Mali, Mauritanie, Nigeria, Sénégal  et en Afrique du Sud.

Le Programme  Mémoire du monde a été  créé en 1992 par l'UNESCO suite à une prise de conscience collective grandissante de l’état alarmant de la préservation et de l'accès au patrimoine documentaire dans ses Etats membres.

Documentary Heritage at Risk: An international symposium takes place in Senegal from 4 to 6 September

News - Jue, 04/09/2014 - 10:55

This inevitably results in the degradation or disappearance of funds and documentary collections, which are  vulnerable and fragile since most of them are recorded on paper. The main objective of this conference is to provide a forum for discussion where participants from Benin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Gambia, Mali, Niger, Central African Republic, Togo, France and from Senegal, will share their knowledge and experience in the protection of documentary heritage in times of conflict.  

Participants will also pay tribute posthumously to Dr Ndèye Sokhna Gueye, teacher and researcher at Ifan / Cheikh Anta Diop, President of the Memory of the World Committee of Senegal from 2009 to 2014. Members of the family and the university community will attend as well. The meeting will be inaugurated by the Minister of Culture and Communication, M. Mbagnick Ndiaye.

Currently, there are 15 inscriptions on  the Memory of the World Register from the African continent from the following countries: Angola, Benin, Ethiopia, Ghana, Madagascar, Mauritius, Namibia, Senegal, South Africa and Tanzania. There are 10 new applications for inscription on the MOW Register for the period 2014-2015, submitted by seven African countries.

National Memory of the World Committees have been established in several countries in Africa, namely in the Central African Republic, Republic of Congo, Malawi, Mali, Mauritania, Nigeria, Senegal and South Africa.

UNESCO established the  Memory of the World Programme  in 1992, in response to a growing concern about the alarming state of the preservation of, and access to documentary heritage in the world.

Le directeur général adjoint de l’UNESCO a participé à l’inauguration de la bibliothèque nationale de Lettonie

Actualités - Jue, 04/09/2014 - 09:32

Le concept architectural de la bibliothèque nationale de Lettonie a été proposé il y a vingt ans et est devenu un emblème de l’architecture moderne. Le « château de lumière », conçu par Gunnar Birkerts, architecte letton de renommée mondiale, est une métaphore de la sagesse. On le décrit souvent comme un bâtiment du monde qui abrite une bibliothèque d’envergure mondiale. On peut y trouver une centaine de coins de lecture, de nombreux rayons et une collection très complète rassemblant plus de six millions d’ouvrages. Le château de lumière offre de nouveaux services dans de nouveaux locaux ; un centre multimédia, une salle pour enfants organisée autour des contes de fées, des possibilités de formation et d’événements culturels, des salles de travail individuel ou en groupe, des coins lecture silencieux et des espaces de repos donnant sur la Daugava. L’apparence extérieure du bâtiment renvoie à la Lettonie et à ses fermes rurales. Les façades sont composées de matériaux rappelant les courants architecturaux successifs du pays. L’intérieur de la bibliothèque reflète l’âge architectural moderne et constitue un centre d’informations numériques accessibles pour une population mondiale.

Lors d’un discours d’inauguration aujourd’hui à Riga, Getachew Engida, directeur général adjoint de l’UNESCO, a insisté sur le rôle des librairies qui facilitent la libre circulation des idées, qui conservent, étendent et diffusent le savoir. Il a également déclaré que « les zones de stockage de livres et d’ouvrages imprimés permettaient de garantir un accès à la lecture et à l’écriture ». Le représentant de l’UNESCO a profité de cette occasion particulière pour souligner le grand rôle de la bibliothèque nationale de Lettonie dans l’encouragement de l’apprentissage, de la lecture et dans l’accès au savoir et à l’éducation dans le pays en développant un programme à l’échelle nationale d’encadrement, de préservation et d’accès au patrimoine numérique culturel.

En outre, M. Engida a partagé sa ferme conviction que « les nouveaux locaux de la bibliothèque nationale étaient l’un des projets les plus audacieux du XXIe siècle en Lettonie. Je suis convaincu que ce projet ambitieux permettra à la bibliothèque nationale de Lettonie (BNL) de devenir un centre culturel et d’information moderne ayant une importance pour le monde entier ».

L’UNESCO rappelle l’importance d’un modèle multipartenaires, de l’inclusion numérique et du respect de droits de l’homme sur Internet à l’occasion du 9e FGI à Istanbul

Actualités - Mar, 02/09/2014 - 14:48

Pour inaugurer une série d’événements consacrés aux problèmes liés à Internet, Getachew Engida, directeur général adjoint de l’UNESCO, ouvrira la réunion de haut niveau entre dirigeants mondiaux et la cérémonie d’ouverture du 9ème Forum sur la gouvernance de l’Internet (FGI) à Istanbul les 1er et 2 septembre prochains.

En insistant sur l’engagement de l’UNESCO lors du FGI et son adhésion à un modèle pluripartite sur la gouvernance d’Internet, M. Engida encouragera une large participation à la réalisation de l’étude sur les questions liées à Internet et à la conférence qui lui sera consacrée en 2015. Il insistera par ailleurs sur l’importance de l’inclusion numérique, sur la liberté d’expression sur Internet et sur la confidentialité comme partie intégrante du respect des droits de l’homme sur Internet. En outre, l’UNESCO accueillera un forum ouvert sur l’étude des problèmes liés à Internet afin de souligner leur importance et de trouver des réponses à ces questions développées comme des outils de recherche. Cette étude portera sur (i) l’accès au savoir et à l’information, (ii) la liberté d’expression, (iii) la confidentialité et (iv) l’éthique. Elle étudiera également les possibilités d’actions futures en rapport avec la gouvernance mondiale d’Internet.

L’UNESCO profitera de cet événement pour exposer les résultats principaux de ses deux nouveaux projets de recherche :

  • La sécurité sur Internet, qui étudie la sécurité des journalistes et d’autres acteurs médiatiques qui se servent de moyens de communication numériques et qui suggère des lignes directrices et des recommandations de politiques à appliquer.
  • Comment les prestataires intermédiaires de services Internet comme les moteurs de recherche, les réseaux sociaux et les fournisseurs de services Internet se situent par rapport aux problèmes de liberté d’expression à travers un grand panel de juridictions, de circonstances, de technologies et de modèles commerciaux.

Le programme et les documents de référence de cet événement organisé par l’UNESCO sont disponibles en cliquant sur les liens ci-dessous :

Le site du FGI soutient la participation à distance à ces rencontres.

Le directeur général adjoint de l’UNESCO prévoit le développement de nouvelles compétences en matière d’Internet

Actualités - Mar, 02/09/2014 - 11:32

« Notre utilisation de l’Internet transforme le commerce mondial, les lieux de travail et les vies professionnelles, mais quelles compétences devons-nous acquérir pour soutenir le développement durable ? »

Selon les propos de M. Engida, l’UNESCO voit l’éducation aux médias et à l’information comme un ensemble de compétences qui permettent aux citoyens numériques « d’accéder, d’extraire, de comprendre, d’évaluer et d’utiliser, de créer et de partager ».

Selon lui, l’éducation aux médias et à l’information (MIL) est également un moyen pour les utilisateurs d’Internet de prendre connaissance en ligne des droits de l’homme comme la confidentialité et la liberté d’expression et d’avoir conscience des dimensions éthiques des technologies de l’information et de la communication (TIC).

« Cette éducation complète aux médias et à l’information doit être intégrée aux programmes d’enseignements et faire partie de l’apprentissage tout au long de la vie de chacun », a-t-il ajouté.

Le directeur général adjoint a observé qu’une approche de multiples parties prenantes favorisait l’émergence d’un environnement propice à l’avènement de l’Internet et une meilleure éducation aux médias et à l’information.

Il a par la suite partagé avec les participants l’étude de l’UNESCO sur les questions liées à Internet.

Vers une amélioration de l’enseignement du journalisme à l’université de Rangoun

Actualités - Lun, 01/09/2014 - 15:28

Dans un premier temps et pour étendre la capacité de formation des membres de la faculté NMC, trois ateliers de formation au journalisme ont été organisés entre octobre 2013 et mars 2014 pour les chefs de département du NMC et les membres du département de journalisme. Pendant ces ateliers, les participants ont été formés aux caractéristiques d’un baccalauréat amélioré dans le programme de journalisme. Les participants, avec l’aide d’universitaires et d’experts invités, ont préparé un programme d’études pour un large éventail de cours pratiques comme théoriques liés au journalisme.

Les ateliers ont ensuite été suivis de stages d’été pour les enseignants en journalisme du NMC avec les groupes Mizzima Media et Yangon Media afin de leur permettre de se familiariser avec le fonctionnement habituel d’une salle de presse. Cinq ouvrages ont été publiés par l’UNESCO à ce sujet : entre autres le kit sur la liberté d’expression et le guide pratique du journaliste, qui ont été traduits en birman et ainsi, ont pu servir de matériel pédagogique pour l’année scolaire en cours.

Le développement de nouveaux médias indépendants au Myanmar requiert des professionnels ayant reçu une solide formation en journalisme. À cet égard, les multiples efforts du NMC ont pour objectif d’assurer que les journalistes birmans en herbe démarrent avec des bases solides et puissent contribuer à développer le rôle des médias dans une société démocratique.

Le Programme international pour le développement de la communication (PIDC) est la seule instance multilatérale du système des Nations Unies destinée à mobiliser la communauté internationale pour discuter et promouvoir l’avènement des médias dans les pays en développement. Ce programme ne fait pas que soutenir les projets de création de médias ; il favorise également une capacité médiatique pouvant assurer un environnement propice à la croissance de médias libres et diversifiés.

La question de l’impunité aura une grande place dans l’agenda pour le développement post-2015

Actualités - Lun, 01/09/2014 - 15:27

Cette rencontre s’inscrit dans les préparatifs de la journée internationale pour mettre fin à l’impunité des crimes contre les journalistes, décrétée par l’Assemblée générale des Nations Unies et programmée le 2 novembre.

Yosep Adi Prasetyo, membre du Conseil indonésien de la presse, a énuméré onze cas d’assassinat de journalistes dans son pays entre 1986 et 2010 qui n’ont toujours pas été éclairés pour souligner le problème de l’impunité. Il a rappelé l’urgence de créer un « Groupe de travail destiné à lutter contre la violence faite contre les journalistes » et a demandé un mémorandum d’accords avec la police, le Procureur général, la Cour Suprême et l’Agence chargée de la protection des témoins et des victimes.

Prima Jesusa Quinsayas, membre du Fonds Liberté pour les journalistes philippins, a rapporté que dans son pays, seules 14 condamnations avaient été prononcées pour l’assassinat de 145 journalistes. Selon elle, « ceux qui ont orchestré ces meurtres n’ont même pas été inculpés ».

Elle a ensuite félicité la réponse du gouvernement philippin pour mobiliser des équipes spéciales et lutter contre les meurtres dans les médias. Elle a également rappelé la nécessité de former rapidement des équipes d’avocats du secteur privé pour aider les inspecteurs de police à établir des arguments contre les suspects. 

Gayethry Venkiteswaran, directrice de l’Alliance de la presse de l’Asie du Sud-Est, a évoqué l’importance d’éduquer les médias de la région sur la question de l’impunité, par exemple en accordant des bourses pour les études de journalisme comme la SEAPA l’a fait cette année.

Le Plan d’action des Nations Unies pour la sécurité des journalistes et la question de l’impunité ont été présentés par Jesper Hojberg, directeur général d’International Media Support. « Nous devons mettre en place des mécanismes nationaux forts pour développer le plan d’action à l’échelle du pays », a-t-il déclaré.

Guy Berger, directeur de la liberté d’expression et du développement des médias de l’UNESCO, a rappelé que la dernière version du dossier sur le développement durable, élaboré par le groupe de travail ouvert, soulignait à trois reprises l’importance de « l’État de droit » pour favoriser le développement.

Il a déclaré que cette question était directement liée au problème de développement, au même titre que l’accès du public à l’information et que les libertés fondamentales.

« L’UNESCO dispose d’indicateurs permettant de mesurer les progrès dans la lutte contre l’impunité, ce qui prouve que ce problème peut être considéré comme une partie intégrante du processus de développement », a-t-il ajouté.

La place des médias dans l’agenda pour le développement post-2015

Actualités - Lun, 01/09/2014 - 15:25

Cette revendication était déjà inscrite dans une déclaration nommée « la feuille de route de Bali », adoptée par plus de 300 participants le jeudi 28 août 2014 lors de la conférence « Forum mondial des médias : rôle des médias pour réaliser l’avenir que nous voulons pour tous », avec le hashtag #media4future.

Issus de 40 pays différents, les participants comprenaient 50 intervenants qui ont discuté de thèmes comme le journalisme d’investigation, l’éthique, l’égalité des sexes et le décryptage des médias et de l’information.

Lors de cette conférence, 75 jeunes issus de 22 pays d’Asie et du Pacifique ont participé à un programme de formation sur les médias et la participation civique. Par la suite, une salle de presse jeunesse a pris part au déroulement de l’événement.

L’UNESCO et le Ministère indonésien des technologies de l’information et de la communication ont coorganisé le Forum mondial des médias. La Commission indonésienne nationale pour l’UNESCO, le Conseil indonésien de la presse et le Centre d’information de l’ONU ont montré une grande collaboration lors de cet événement.

Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, a profité de son discours de fermeture de la conférence pour décrire la liberté d’expression comme « une force pour l’innovation, pour l’éradication de la pauvreté, pour l’État de droit, pour la bonne gouvernance » et comme une condition nécessaire au développement durable.

Elle a cité la décision des États membres de l’UNESCO lors de la Conférence générale de l’UNESCO en 2013 : « La liberté d’expression et l’accès universel à la connaissance et à sa préservation, qui supposent entre autres l’existence de médias libres, diversifiés et indépendants, accessibles aussi bien hors ligne qu’en ligne, sont des éléments indispensables pour encourager la démocratie et la participation citoyenne et doivent figurer dans l’agenda pour le développement post-2015 ».

La feuille de route de Bali demande à l’UNESCO d’intégrer la liberté d’expression et l’indépendance des médias aux Services rattachés à la Direction générale, avec les États membres de l’organisation, le Secrétaire général des Nations Unies, le groupe de travail ouvert de l’ONU et les autres organisations internationales et régionales.

Cette feuille de route encourage également le développement des médias locaux, la contribution de professionnels des médias et l’utilisation des réseaux sociaux pour sensibiliser l’opinion sur l’importance de la liberté d’expression pour le développement et pour générer des informations sur les problèmes liés au développement.

Elle pousse les gouvernements à « respecter la liberté d’expression, qui comprend la liberté de la presse et le droit de diffuser et de recevoir des informations, des droits fondamentaux dans le cadre des objectifs de l’agenda pour le développement post-2015 ».

Páginas

Subscribe to Comunicación e Información agregador