Feed aggregator

El Consejo Ejecutivo fortalece el papel de la UNESCO para liderar el programa de desarrollo 2030

Noticias - Fri, 15/04/2016 - 19:10

Uno de los principales resultados de las deliberaciones del Consejo Ejecutivo fue la decisión de acelerar la reforma de la Organización, para fortalecer la capacidad de la UNESCO de ayudar a los Estados Miembros a alcanzar los nuevos objetivos del programa 2030 de desarrollo sostenible, así como para cumplir con los estipulado en el Acuerdo de París sobre el cambio climático.

El Consejo aprobó un amplio programa de reformas, en particular propuestas relativas al Diálogo de Financiación Estructura, diseñado para adaptar a la UNESCO a un panorama financiero cada vez más complejo y difícil.

Los miembros del Consejo Ejecutivo aprobaron también una hoja de ruta para fortalecer el dispositivo de la UNESCO en el terreno, un paso esencial para actuar en sincronía con las sociedades y adaptarse a las necesidades cambiantes de los países. Esta hoja de ruta prevé un proceso interactivo en varias fases.

Los Estados Miembros se pronunciaron también a favor de un plan de inversiones para ejecutar de manera eficaz los programas de la UNESCO, sobre todo iniciativas para la enseñanza y el desarrollo, para la gestión de los conocimientos o para las tecnologías de la información y la comunicación.

De esta manera, se pretende reforzar la capacidad de la secretaría para impulsar el programa de desarrollo 2030, con dos objetivos: un posicionamiento del liderazgo de la UNESCO mejor y más estratégico a nivel mundial, regional y nacional y modalidades de funcionamiento más poderosas para aplicar los programas de la UNESCO a esos tres niveles.

Para fortalecer la prioridad mundial de la igualdad de género, el Consejo Ejecutivo decidió pedir a la Secretaría que mejore los indicadores de resultados relativos a la igualdad de género y que establezca un sistema de seguimiento presupuestario de aquí a 2018.

El Consejo Ejecutivo tomó también varias decisiones importantes que refirman el compromiso de los Estados Miembros con numerosas áreas programáticas de la Organización: desde el refuerzo del papel de la UNESCO en la salvaguardia y preservación de Palmira y otros sitios sirios del patrimonio mundial, al fortalecimiento de la educación de las niñas y las mujeres o al compromiso de la UNESCO con los recursos educativos abiertos.

En la  decisión 199 EX/28 los 58 miembros del Consejo Ejecutivo condenan la destrucción del patrimonio cultural sirio y señalan que el Estado Islámico (EIIL), el Frente Al-Nusra y “otras personas, agrupaciones, empresas y entidades asociadas con Al-Qaida están generando ingresos gracias a la participación directa o indirecta en el saqueo y contrabando de artículos del patrimonio cultural de sitios arqueológicos, museos, bibliotecas, archivos y otros sitios del Iraq y Siria, ingresos que están utilizando para apoyar sus actividades de reclutamiento y fortalecer su capacidad operativa para organizar y perpetrar atentados terroristas”.

La decisión pide a los Estados Miembros que contribuyan a la financiación para la preservación de Palmira y otros sitios sirios e invita a la Directora General a enviar expertos internacionales para hacer inventarios y evaluar “la magnitud de los daños y determinar las necesidades urgentes en materia de conservación, restauración y salvaguardia para asegurar la integridad y sostenibilidad” de dichos sitios

El Consejo adoptó también decisiones relativas a la Estrategia de la UNESCO relativa a la Enseñanza y Formación Técnica y Profesional (2016-2021), así como al papel de la UNESCO para alentar a las niñas y mujeres a liderar la ciencia, la tecnología, la ingeniería, el arte, el diseño y las matemáticas.

Por último, los Estados Miembros adoptaron una nueva estrategia para el programa sobre la gestión de las transformaciones sociales (MOST), para poner de relieve la contribución de la Organización al fomento de una cultura del respeto mutuo o para revisar el Programa Memoria del Mundo, dedicado a la preservación del patrimonio documental.

La 199ª reunión del Consejo Ejecutivo estuvo también marcada por la visita de la Secretaria General de la Macomunidad de Naciones (Commonwealth), Patricia Scotland, que habló de las áreas prioritarias de su organización, entre ellas el cambio climático y la búsqueda de oportunidades para los jóvenes.

 

 

Executive Board strengthens UNESCO to lead 2030 Agenda

News - Fri, 15/04/2016 - 18:54

Accelerating the reform of the Organization was a key result of deliberations at the Executive Board – to sharpen UNESCO’s delivery to Member States in reaching the new goals of the 2030 Agenda for Sustainable Development, as well as to discuss the implementation of the Paris Climate Change Agreement.

The Executive Board agreed a wide-ranging reform package, starting with proposals on Structured Financing Dialogue, designed to adapt UNESCO to an increasingly complex and challenging financing landscape.

Members of the Executive Board agreed also on a roadmap to strengthen the sustainability of the UNESCO field network, an essential step to act in sync with societies, adapting to evolving needs, as countries move forward. This roadmap provides for an interactive and phased process.

Member States also agreed on the UNESCO Invest for Efficiency Plan --  including Learning and Development Initiatives, and measures to implement the Knowledge Management & Information and Communication Technology Strategy. These are steps to strengthen capacities of staff in key areas to take forward the 2030 Agenda – guided by two objectives: better, clearer, more strategic global, regional and country-level positioning and leadership of UNESCO; and, stronger operational modalities to deliver UNESCO programmes, globally, regionally and locally.

In taking forward Global Priority Gender Equality, the Executive Board decided to request the Secretariat to improve gender-related performance indicators and to establish a budget tracking system by 2018. 

The Executive  Board also took important decisions to reaffirm Member States’ commitment in a number of programme areas for the Organization -- from reinforcing UNESCO’s role in safeguarding and preserving Palmyra and other Syrian World Heritage sites, to the strengthening of education of girls and women, including expanding UNESCO’s engagement in open educational resources.

In Decision 199 EX/28 the 58-member Executive Board condemns violent extremists’ destruction of cultural heritage in Syria and notes that ISIL (Daesh), the Al-Nusra Front (ANF) and “other individuals, groups, undertakings and entities associated with Al-Qaida are generating income from engaging directly or indirectly in the lootings and smuggling of cultural heritage items from archaeological sites, museums, libraries, archives, and other sites in Iraq and Syria, which is being used to support their recruitment efforts and carry out terrorist attacks.”

The Decision calls on Member States to contribute funding for the preservation of Palmyra and other sites in Syria and invites the Director-General to send international experts to “inventory the extent of damages and to identify urgent needs in terms of conservation, restoration, and safeguarding with a view toward the long-term sustainability and integrity” of those sites.

In addition, the Executive Board took decisions on the UNESCO Strategy for Technical and Vocational Education and Training (2016-2021), as well as on UNESCO’s role in encouraging girls and women to be leaders in science, technology, engineering, art/design and mathematics.

Member States also agreed on a new Comprehensive strategy for the MOST programme, and deliberated on enhancing the Organization’s contribution to a culture of respect and issues pertaining to the review of the Memory of the World Programme for the preservation of documentary heritage.

The 199th session of the Executive Board was also marked by the visit of the Secretary-General of The Commonwealth, the Right Honourable Patricia Scotland QC, who spoke of her organization’s priority areas, including climate change and creating opportunities for young people.

YouthMobile training-of-trainers initiative launched in Namibia

News - Wed, 13/04/2016 - 16:17

The participants are going to form the first pool of trainers who will in turn train young people in all 14 regions of Namibia to produce mobile applications that can solve identified local issues of sustainable development.

The group of trainers comprises of 15 Youth Officers and computer instructors from the Multipurpose Youth Centres of MSYNS, and 12 trainee computer science teachers from the University of Namibia (UNAM) and members of the Developers’ Circle, drawn from UNAM, NUST and the International University of Management (IUM). The Circle brings together mobile development agents to share and develop ideas into useful local mobile applications.

The objectives of the training-of-trainers, running from 11 to 22 April 2016 at NBII, are to:

  • Equip 27 trainers with the technical and pedagogical skills and knowledge to train young Namibians in mobile applications development and entrepreneurship. 
  • To empower the trainers, particularly women, to become coders and programmers who will train young Namibians in mobile applications development.
  • To contribute to efforts in solving identified local issues of sustainable development especially those related to poverty reduction and climate change, and to reduce chronic youth unemployment through the sale of smart mobile applications and formation of small businesses.

The first day of the ToT was dedicated to setting up the Android development environment, an introduction to Object Oriented Programming, an overview of mobile application development and the main components of an Android application.

At the official opening of the training, Dr Jean-Pierre Ilboudo, Head of Office and UNESCO Representative to Namibia, emphasised the crucial role of ICTs and mobile applications in supporting sustainable development.

Dr Ilboudo called for all stakeholders to come together in support of the Youth Mobile Initiative. He said he was convinced that by having this training of trainers, the partners have set in motion the machinery that will help Namibian youth unleash their potential to develop mobile applications to solve local issues of sustainable development, generate income, create jobs for others and thus reducing youth unemployment and eradicating poverty. He added that the Initiative prioritises young women who are vastly underrepresented in this field.

The Head of the Windhoek Office thanked the Ministry of Sport, Youth and National Service for extending a hand of partnership to UNESCO and contributing to the success of the training workshop. Through the Youth Directorate, he said, the Ministry made a huge contribution by supporting the participation of Youth Officers from the various regions at this training.

Dr Ilboudo also thanked the Namibia University of Science and Technology, other partners from the government of Namibia, the University of Namibia, IUM, One Billion Africa, Physically Active Youth and TechGuys, for contributing to the training of trainers and to the YouthMobile initiative in different ways.

The training-of-trainers is focusing mainly on the technical aspects and will be followed by an e-Learning course which is being developed by the Centre for Teaching and Learning at NUST. The e-learning course is aimed at equipping the trainers with the pedagogical skills required to train the youth. The Centre is currently working on the course content in collaboration with NBII and One Billion Africa, in order to adapt it specifically to mobile applications development.

About YouthMobile

YouthMobile is an innovative UNESCO initiative that aims to engage a critical mass of young people to acquire basic technical skills and confidence to develop, promote, and sell locally relevant mobile applications (Apps) that address local issues of sustainable development.

Launched in 2014 by the Communication and Information Sector of UNESCO, the Initiative seeks also to provide an opportunity for young men and women to be introduced to entrepreneurship and to create viable employment opportunities in the mobile/Information and Communication Technologies (ICTs) industry. 

With activities already deployed in 17 countries worldwide, the global objective of the Initiative is to empower at least 25,000 young people to develop, distribute or sell mobile Apps for sustainable development by 2017.

Le 25e Bureau du PIPT revoit les contributions pour les plans d’action internationaux et nationaux

Actualités - Wed, 13/04/2016 - 16:05

La réunion a permis de faire le point sur les progrès réalisés au cours du mandat de deux ans du Bureau, d’étudier les activités permettant de renforcer la visibilité et le financement du Programme, ainsi que de discuter des projets et activités à mener en 2016. La réunion du Bureau a également contribué à la préparation de la 9e session du Conseil du PIPT qui se tiendra les 30 et 31 mai au Siège de l’UNESCO.

La réunion a été ouverte par M. Getachew Engida, Directeur général adjoint de l’UNESCO en charge du Secteur de la communication et de l’information. Il a félicité le Bureau des nombreux projets accomplis pendant son mandat, en insistant plus particulièrement sur la conférence internationale « Les jeunes et l’Internet : combattre la radicalisation et l’extrémisme » organisée à l’initiative du PIPT les 16 et 17 juin 2015 à l’UNESCO. Cette importante conférence a réuni des participants originaires de près de 70 pays pour partager des expériences sur des interventions concrètes, des initiatives et des procédures visant à promouvoir l’utilisation d’Internet pour construire la paix et lutter contre la radicalisation des jeunes et l’extrémisme. A l’occasion de cette conférence, la Directrice générale de l’UNESCO, Mme Irina Bokova, a lancé le nouveau cadre d’action intégré « Engager la jeunesse pour une paix durable : Jeunesse 2.0 – Développement des compétences, consolidation de la paix ».

Les activités du PIPT menées au cours des deux dernières années ont directement bénéficié aux décideurs et professionnels de l’information dans toutes les régions du monde, avec une attention particulière portée aux besoins de l’Afrique et des petits Etats insulaires en développement (PIED). C’est ainsi que des activités de renforcement des capacités ont été organisées en République dominicaine, au Lesotho, au Mozambique, en Afrique du Sud et à Saint-Kitts-et-Nevis, au profit des décideurs de plus de 35 pays.

« En outre, afin d’aligner le travail du PIPT avec les Objectifs de développement durable à l’horizon 2030, nous avons participé à plusieurs groupes d’experts et soutenu l’alignement entre le SMSI et les ODD. Dans le cadre de cette action, le document d’orientation des politiques nationales de la société de l’information du PIPT, adopté par les Etats membres pour soutenir l’élaboration, la mise en œuvre et le suivi de leurs stratégies et cadres nationaux d’orientation des politiques de l’information, va être mis à jour en collaboration avec l’Université des Nations Unies (UNU-EGOV) », a expliqué Mme Chafica Haddad, déléguée permanente adjointe de Grenade et présidente du Conseil et du Bureau du PIPT.

Le Bureau sortant est composé de représentant des suivants Etats membres : Autriche, Botswana, Grenade, Indonésie, Israël, Oman, Pérou et Fédération de Russie. Lors de la 9e réunion du Conseil du PIPT, un nouveau Bureau sera élu pour gérer la mise en œuvre du Programme au cours des deux prochaines années.

Le Programme Information pour tous (PIPT) a été mis en place en 2001. Ce programme intergouvernemental fournit une plate-forme au niveau international pour le débat, la coopération et le développement de cadres d’action dans le domaine de l’accès à l’information et au savoir. Le PIPT apporte son soutien aux Etats membres pour les aider à développer et à mettre en œuvre des politiques et des cadres stratégiques nationaux dans le domaine de l’information : accessibilité, information pour le développement, éthique, éducation, préservation et multilinguisme.

Le PIPT soutient des réponses politiques plus fortes aux ODD

Actualités - Wed, 13/04/2016 - 15:59

L’événement a réuni une quarantaine d’experts internationaux pour débattre sur le manuel et la plateforme consacrés aux sociétés du savoir (UNKSOC.ORG), un instrument d’orientation des politiques développé par l’UNESCO/PIPT et UNU-EGOV.

La courte cérémonie d’ouverture était présidée par M. Tomasz Janowski, directeur de UNU-EGOV, avec des interventions de représentants de l’AGESIC, de l’UNESCO et du PIPT.

Le directeur exécutif de l’AGESIC, M. Jose Clastornik, a accueilli les participants. Il a insisté sur le rôle essentiel joué par l’accès équitable pour tous à l’information et au savoir pour contribuer au développement humain et la réussite de l’Uruguay en tant que leader régional de plusieurs mesures dans le domaine des TIC et de l’accès à l’information.

M. Guilherme Canela, conseiller pour la communication et l’information au Bureau de l’UNESCO à Montevideo, a souligné le rôle des politiques et débats publics pour sensibiliser les citoyens à l’émergence des sociétés du savoir. Il a également insisté sur la nécessité de partager les bonnes pratiques, de prévoir des ressources adaptées pour mettre en œuvre les politiques, de garantir la protection des droits, notamment la protection des données et de la vie privée, et de disposer d’indicateurs.

Mme Chafica Haddad, déléguée permanente adjointe de Grenade et présidente du Conseil du PIPT, a remercié les co-organisateurs et souligné la collaboration approfondie et fructueuse entre UNU-EGOV et UNESCO/PIPT, qui a abouti au manuel sur les sociétés du savoir. Elle a exprimé sa confiance dans cet outil et sa méthodologie pour aider les pays en développement à disposer d’approches plus holistiques pour relever des défis pressants.

A la clôture de la session, les experts ont évalué favorablement le manuel et sa méthodologie. Il reste cependant des points à améliorer, comme l’intégration de plus d’études de cas, la traduction dans d’autres langues et des stratégies pour mobiliser les communautés en ligne. Plusieurs institutions, comme le ministère colombien des Technologies de l’information et de la communication (MINTIC), ont proposé des contributions concrètes au projet.

Selon M. Paul Hector, spécialiste de programme de l’UNESCO en charge du PIPT, le manuel va permettre de mettre à jour le document d’orientation des politiques des sociétés du savoir du PIPT créé en 2009 pour aider les Etats membres dans l’élaboration, la mise en œuvre et le suivi de leurs stratégies et cadres nationaux d’orientation des politiques de la société de l’information. Les révisions introduites reflètent des évolutions dans le paysage du développement international et guideront les acteurs nationaux, locaux et internationaux engagés dans le développement, la mise en œuvre et l’évaluation des politiques sur les sociétés du savoir pour soutenir le Programme de développement durable à l’horizon 2030.

Le Programme Information pour tous (PIPT) a été mis en place en 2001. Ce programme intergouvernemental fournit une plate-forme au niveau international pour le débat, la coopération et le développement de cadres d’action dans le domaine de l’accès à l’information et au savoir. Le PIPT apporte son soutien aux Etats membres pour les aider à développer et à mettre en œuvre des politiques et des cadres stratégiques nationaux dans le domaine de l’information : accessibilité, information pour le développement, éthique, éducation, préservation et multilinguisme.

L’UNESCO participe à une nouvelle édition réussie de ICEGOV

Actualités - Wed, 13/04/2016 - 15:51

Sous le thème « Gouvernance transparente et responsable pour le Programme de développement durable 2030 », la conférence a suscité un très grand intérêt parmi les gouvernements, les universitaires, les décideurs et les représentants de la société civile. Plus de 300 participants de tous les continents, représentant des pays développés ou en développement, ont assisté à l’événement. Des auteurs d’une cinquantaine de pays ont présenté plus de 150 documents et affiches. Ces chiffres démontrent la portée et les répercussions de la conférence, ainsi que l’engagement mondial de la communauté ICEGOV pour contribuer à la réalisation des objectifs de développement durable 2030.

Pour la première fois dans l’histoire de la conférence, l’UNESCO a participé en tant que collaborateur officiel. Ce statut a permis à l’UNESCO et à son Programme intergouvernemental Information pour tous (PIPT) de tenir une place plus importante, de renforcer leur collaboration et leur rôle au sein de ICEGOV et de montrer leurs activités.

Lors de la cérémonie d’ouverture, M. Engida Getachew, Directeur général adjoint de l’UNESCO, a remercié les co-organisateurs, le gouvernement de l’Uruguay et UNU-EGOV, pour leur collaboration fructueuse au cours des dernières années et leurs efforts conjoints qui contribuent au développement des sociétés du savoir et à la réalisation des objectifs de développement durable.

Une séance thématique spéciale de l’UNESCO modérée par M. Paul Hector, spécialiste de programme en charge du PIPT, a permis de présenter les résultats d’une réunion de groupe d’experts d’une journée organisée pour valider une nouvelle ressource d’orientation des politiques développée en collaboration avec UNU-EGOV. Selon M. Hector, le manuel sur les sociétés du savoir offrira aux acteurs engagés dans les politiques à l’échelle urbaine, nationale et internationale des orientations pour réaliser le Programme de développement durable à l’horizon 2030. La séance a également permis de recruter près de 40 experts qui seront chargés de superviser le développement d’études de cas, la traduction, la réalisation d’enquêtes et d’autres activités pour promouvoir cette ressource.

Dans une intervention captivante intitulée « Comment le gouvernement numérique peut-il soutenir le développement des sociétés du savoir ? », le Directeur général adjoint de l’UNESCO a examiné les conditions à remplir par les stratégies de gouvernement numérique si l’on veut tirer pleinement parti de leur potentiel pour construire des sociétés du savoir. M. Engida a également attiré l’attention sur la quatrième révolution industrielle, résultat de la convergence de secteurs comme l’intelligence artificielle, la robotique, les mégadonnées, l’internet des objets, la biotechnologie et l’informatique quantique. Il a signalé la nécessité d’une action large, stratégique, réfléchie et coordonnée pour aborder les nouvelles questions politiques que tous ces changements soulèvent.

Le débat plénier très animé qui a suivi l’intervention de l’UNESCO s’est poursuivi par un panel de discussion qui a permis d’explorer les idées présentées par M. Engida. Le panel était modéré par Mme Chafica Haddad, déléguée permanente adjointe de Grenade et présidente du Conseil du PIPT. En plus des perspectives complémentaires des principaux intervenants, M. Jose Clastornik, directeur exécutif de l’AGESIC, et M. Tomasz Janowski, directeur de UNU-EGOV, le public enthousiaste a également répondu spontanément aux différents questions soulevées.

Tout au long de la conférence, des réunions bilatérales ont permis de partager des informations et d’identifier des domaines concrets de coopération, notamment la création de chaires UNESCO dans les domaines prioritaires du PIPT, le développement de projets de recherche conjoints et d’accords de partenariats.

La cérémonie de clôture a été l’occasion de récapituler les grandes étapes et les réalisations, et d’annoncer le choix de l’Inde pour accueillir ICEGOV2017. L’UNESCO et le PIPT joueront de nouveau un rôle important en tant que collaborateurs officiels et membres de plusieurs comités d’organisation.

Le Programme Information pour tous (PIPT) a été mis en place en 2001. Ce programme intergouvernemental fournit une plate-forme au niveau international pour le débat, la coopération et le développement de cadres d’action dans le domaine de l’accès à l’information et au savoir. Le PIPT apporte son soutien aux Etats membres pour les aider à développer et à mettre en œuvre des politiques et des cadres stratégiques nationaux dans le domaine de l’information.

La Directrice générale condamne le meurtre du journaliste citoyen Nazimuddin Samad au Bangladesh

Actualités - Tue, 12/04/2016 - 12:42

« Je condamne le meurtre de Nazimuddin Samad », a déclaré la Directrice générale. « Il est important que les autorités mènent une enquête approfondie dans la mesure où ce crime ne visait pas seulement un individu mais menace la liberté d’expression de tous les citoyens du Bangladesh ».

Nazimuddin Samad., étudiant en droit et blogueur, a été attaqué et tué dans la nuit du 6 avril dans la capitale du Bangladesh.

La Directrice générale publie des communiqués sur le meurtre des professionnels des médias conformément à la résolution 29 adoptée par les Etats membres de l’UNESCO au cours de la Conférence générale de 1997 intitulée « Condamnation de la violence contre les journalistes ». Une liste complète des journalistes assassinés ayant fait l’objet d’une condamnation par l’UNESCO est disponible en ligne.

Contact médias: Sylvie Coudray, s.coudray(at)unesco.org, +33 (0)1 45 68 42 12

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 

 

 

Seeking gender and media expert

News - Mon, 11/04/2016 - 12:31

Candidates are requested to have an extensive experience in gender equality issues in relation to media, as well as in the implementation of political advocacy actions at international level. Capacity to manage a heavy and varied workload and a keen understanding of the challenges of communication in developing countries are also required. Candidates must have an excellent knowledge of English or French and a good knowledge of the other language. A good level of another UN language would be an asset.

If you are interested in this assignment, please send a written proposal in English or French to campaigncoordinator(at)unesco.org on or before 10 May 2016 at 12 p.m. Paris time, according to the terms of reference outlined in the Call for proposals.

Les Seychelles veulent créer un diplôme sur les TIC dans l’enseignement basé sur le référentiel de l’UNESCO

Actualités - Mon, 11/04/2016 - 11:14

Le référentiel de l’UNESCO de compétences en TIC pour les enseignants a été utilisé dans de nombreux pays et dans différents contextes. Au cours du colloque sur les TIC et la formation des enseignants en Afrique de l’Est, qui s’est tenu en novembre 2015 à Nairobi (Kenya), l’une des priorités nationales identifiées par des représentants des Seychelles porte sur le besoin de contextualiser le référentiel de l’UNESCO pour créer un diplôme spécialisé d’enseignement des TIC qui sera délivré à l’institut de formation des enseignants des Seychelles (Seychelles Institute for Teacher Education – S.I.T.E). L’atelier de deux jours était une réponse à cette demande. Son objectif était de définir les compétences requises par les enseignants pour utiliser les TIC dans l’enseignement aux Seychelles, de déterminer les priorités des enseignants dans ce domaine et d’établir un plan de travail pour que les enseignants bénéficient d’une formation spécialisée intégrant les TIC dans l’enseignement. Au cours de la réunion, l’un des participants a observé que le référentiel de compétences en TIC pour les enseignants aidait les enseignants à se centrer davantage sur les compétences écrites.

L’atelier comptait avec la participation de professionnels de l’éducation des Seychelles, parmi lesquels des professeurs de S.I.T.E., des concepteurs de programmes d’enseignement, des agents de développement de l’évaluation et des représentants des départements compétents, ainsi que des enseignants du primaire et du secondaire. Les participants étaient extrêmement motivés et l’un d’entre eux a remarqué que l’atelier était une bonne occasion d’apprendre ce que d’autres faisaient et de travailler en collaboration pour réduire le fossé entre les ministères, les départements et les institutions.

Le S.I.T.E. propose déjà deux cours en matière de TIC : le premier est « Une introduction aux TIC » et le deuxième porte sur « Les TIC, un outil pour l’enseignement ». Cependant, dans le cadre de la Politique 2014-2019 sur les TIC dans l’enseignement et la formation et de son objectif d’« offrir aux enseignants, formateurs et cadres dirigeants d’établissements scolaires des chances d’évolution professionnelle leur permettant d’acquérir les connaissances et les compétences pour mettre en place des méthodologies utilisant l’apprentissage indépendant par le biais des TIC », une formation spécialisée en matière d’intégration des TIC dans l’enseignement est requise. La Politique nationale sur les TIC soutient également le secteur de la formation et l’encourage à adopter des normes d’examen et de certification des programmes de formation aux TIC reconnues au niveau international. La Politique sur les TIC dans l’enseignement et la formation prévoit en outre d’utiliser le référentiel de l’UNESCO de compétences en TIC pour les enseignants dans la formation initiale et continue, pour garantir des débouchés en matière de renforcement des capacités et de cours de remise à niveau.

L’UNESCO a pris l’engagement d’aider les Etats membres, en particulier en Afrique et dans les petits Etats insulaires en développement (PEID), à construire des sociétés du savoir, notamment en mettant en œuvre les décisions du Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI).

Director-General condemns murder of blogger Nazimuddin Samad in Bangladesh

News - Mon, 11/04/2016 - 10:02

“I condemn the murder of Nazimuddin Samad,” the Director-General said. “It is important that the authorities investigate this crime thoroughly as it targeted not only an individual, but freedom of expression for all citizens of Bangladesh.”

Nazimuddin Samad, a law student and blogger, was attacked and killed on the night of Wednesday 6 April in the capital of Bangladesh.

The Director-General of UNESCO issues statements on the killing of media workers in line with Resolution 29 adopted by UNESCO Member States at the Organization’s General Conference of 1997, entitled “Condemnation of Violence against Journalists.” These statements are posted on a dedicated webpage, UNESCO condemns the killing of journalists.

                                               ****

Media contact: Sylvie Coudray, s.coudray(at)unesco.org, +33 (0)1 45 68 42 12

UNESCO is the United Nations agency with a mandate to defend freedom of expression and press freedom. Article 1 of its Constitution requires the Organization to “further universal respect for justice, for the rule of law and for the human rights and fundamental freedoms which are affirmed for the peoples of the world, without distinction of race, sex, language or religion, by the Charter of the United Nations.” To realize this the Organization is requested to “collaborate in the work of advancing the mutual knowledge and understanding of peoples, through all means of mass communication and to that end recommend such international agreements as may be necessary to promote the free flow of ideas by word and image…”

 

La periodista azerbaiyana Khadija Ismayilova gana el Premio Mundial de Libertad de Prensa UNESCO/Guillermo Cano 2016

Noticias - Fri, 08/04/2016 - 18:31

Un jurado internacional e independiente conformado por profesionales de medios de comunicación recomendó a Ismayilova en reconocimiento a su contribución excepcional a la libertad de expresión en circunstancias difíciles.

“Khadija Ismayilova merece este premio y me alegra ver reconocidos su valor y profesionalismo”, dijo Ljiljana Zurovac, presidenta del jurado del Premio UNESCO/Guillermo Cano de Libertad de Prensa 2016.

Ismayilova, periodista freelance y colaboradora del servicio azerbaiyano de Radio Free Europe, está detenida desde diciembre de 2014. En septiembre de 2015 fue sentenciada a siete años y medio de cárcel por cargos de abuso de poder y evasión de impuestos.

La ceremonia de premiación tendrá lugar el 3 de mayo en Finlandia, que este año acoge las celebraciones del Día Mundial de la Libertad de Prensa.

Creado por el Consejo Ejecutivo de la UNESCO en 1997, el Premio Mundial de Libertad de Prensa UNESCO/Guillermo Cano honra anualmente a una persona, organización o institución que haya realizado una contribución destacada a la defensa y/o promoción de la libertad de prensa en cualquier lugar del mundo, y especialmente en circunstancias peligrosas.

El galardón, dotado con 25.000 dólares, lleva su nombre en honor a Guillermo Cano Isaza, periodista colombiano asesinado en frente de las oficinas del periódico que dirigía, El Espectador, en Bogotá, el 17 de diciembre de 1986. Está financiado por la Fundación Cano (Colombia) y la Fundación Helsingin Sanomat (Finlandia).

****

Contacto para entrevistas: Ljilkana Zurovac, presidenta del Jurado: zurovaclj(at)vzs.ba

La journaliste azerbaïdjanaise Khadija Ismayilova lauréate du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano 2016

Actualités - Fri, 08/04/2016 - 18:30

Un jury international indépendant de professionnels des médias a recommandé Khadija Ismayilova, en reconnaissance de sa contribution exceptionnelle à la liberté de la presse dans des circonstances difficiles.

« Khadija Ismayilova mérite pleinement le Prix et je suis heureuse de voir que son courage et son professionnalisme sont reconnus », a déclaré Ljiljana Zurovac, Présidente du jury 2016 du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano.

Khadija Ismayilova, journaliste indépendante et collaboratrice au service azerbaïdjanais de Radio Free Europe, est détenue depuis décembre 2014. En septembre 2015 elle a été condamnée à sept ans et demi de prison pour abus de pouvoir et évasion fiscale.

Le Prix sera décerné dans le cadre des célébrations de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le 3 mai, qui auront lieu en Finlande cette année.

Créé en 1997 par le Conseil exécutif de l'UNESCO, le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano est destiné à distinguer une personne, une organisation ou une institution qui a contribué, de manière notable, à la défense et/ou à la promotion de la liberté de la presse où que ce soit dans le monde, surtout si pour cela elle a pris des risques.

Doté d’un montant de 25 000 dollars, le Prix a été créé en l’honneur de Guillermo Cano Isaza, journaliste colombien assassiné à l’entrée des bureaux du journal, El Espectador, à Bogotá, le 17 décembre 1986. Il est financé par la Fondation Cano (Colombie) et la Fondation Helsingin Sanomat (Finlande).

**** 

Pour les interviews à propos du Prix, merci de contacter Ljiliana Zurovac, Présidente du jury : zurovaclj(at)vzs.ba

Azerbaijani journalist Khadija Ismayilova awarded UNESCO/Guillermo Cano World Press Freedom Prize 2016

News - Fri, 08/04/2016 - 18:07

An independent international jury of media professionals recommended Ms Ismayilova in recognition of her outstanding contribution to press freedom in difficult circumstances. 

“Khadija Ismayilova highly deserves the Prize and I am happy to see that her courage and professionalism are recognized,” said Ljiljana Zurovac, President of the UNESCO/Guillermo Cano World Press Freedom Prize 2016 Jury. 

Ms Ismayilova, a freelance journalist and contributor to the Azerbaijani service of Radio Free Europe, was detained in December 2014, and, in September 2015, was sentenced to seven and a half years’ imprisonment on charges relating to abuse of power and tax evasion. 

The Prize will be awarded during the celebration of World Press Freedom Day, 3 May, hosted by Finland this year. 

Created by UNESCO’s Executive Board in 1997, the annual UNESCO/Guillermo Cano World Press Freedom Prize honours a person, organization or institution that has made an outstanding contribution to the defence and, or promotion of press freedom anywhere in the world, and especially when this has been achieved in the face of danger. 

The $25,000 Prize is named in honour of Guillermo Cano Isaza, a Colombian journalist who was assassinated in front of the offices of his newspaper, El Espectador, in Bogotá, on 17 December 1986. It is funded by the Cano Foundation (Colombia) and the Helsingin Sanomat Foundation (Finland). 

****

For interviews about the prize, please contact Ljiliana Zurovac, chair of the Jury: zurovaclj(at)vzs.ba

The Seychelles to establish a Diploma in ICT and Education based on the UNESCO ICT Teacher Training Framework

News - Fri, 08/04/2016 - 16:52

The UNESCO ICT Competency Framework for Teachers (ICT-CFT) has been used in multiple countries in different contexts. During the Colloquium on ICT and teacher training in Eastern Africa held in Nairobi, Kenya, November 2015, one of the national priorities identified by representatives from Seychelles is to contextualize the UNESCO ICT-CFT to a specialized Diploma in Education in ICT to be offered at the Seychelles Institute for Teacher Education (S.I.T.E). The 2-day workshop came as a response to this request and aimed at establishing the required competencies for teachers in using ICT in Education in the Seychelles, to determine the priorities of teachers in using ICT in Education and establish a work plan for teachers in Seychelles to have a relevant specialized teacher training course that integrates ICT in Education.  During the meeting one participant remarked that the ICT Competency Framework for Teachers helped teachers to be more focused and precise in writing competencies.

The workshop was attended by education professionals from Seychelles, including lecturers from S.I.T.E, curriculum development officers, assessment development officers, and representatives from relevant departments, primary and secondary school teachers.  Participants were highly motivated during the workshop and one participant remarked that the workshop was a good opportunity to learn what others are doing and to work collaboratively to reduce gaps in education among ministries, departments and institutions.

The Seychelles Institute for Teacher Education (SITE) is already offering 2 courses in ICT, the first on ‘An  Introduction to ICT’ and the second  in ‘ICT as a Tool for Teaching’.  However, in view of the ICT in Education and Training Policy of 2014 to 2019 and its strong emphasis on ‘providing teachers, trainers and school managers with professional development opportunities that empower them with knowledge and skills allowing the implementation of methodologies that embrace ICT mediated independent learning’ a specialized course in ICT integration in education is needed.  The National ICT Policy also encourages and supports the training sector to adhere/adopt to internationally acceptable standards of examination and certification of ICT training programmes.  The ICT in Education and Training Policy also foresees the UNESCO ICT Competency Framework for Teachers to be used as a framework to govern both pre-service training and continuing professional development (CPD), to ensure that there are pathways for ongoing capacity building and refresher courses.

UNESCO is committed to assist Member States and in particular Africa and in Small Island Developing States (SIDS) o the building of knowledge societies, including through the implementation of the decisions of the World Summit on the Information Society (WSIS).

Mémoire du Monde : Formation pour la mise en valeur du patrimoine documentaire du Maghreb

Actualités - Fri, 08/04/2016 - 15:25

En présence du Secrétaire général adjoint de la Commission nationale marocaine pour l’UNESCO, M. Michael Millward, Représentant de l’UNESCO pour le Maghreb, a noté, dans son allocution d’ouverture, qu’actuellement seuls deux pays de la sous-région (Maroc et Tunisie) ont chacun un élément inscrit au registre international, malgré l’immensité du patrimoine documentaire du Maghreb. Il a également observé que « cela ne reflète pas la réalité de la sensibilité et de la perception [des participants] vis-à-vis de l'importance du patrimoine documentaire ».

L’atelier a été modéré par deux formateurs, le Dr Abdelaziz Abid, expert tunisien et ancien fonctionnaire UNESCO chargé du Programme Mémoire du monde (MdM), et Gérald Grunberg, Président du Comité français MdM. La formation a permis une prise de conscience sur l’importance des Comités MdM au niveau national, sur les mesures pour leur création, et pour la préparation des dossiers de candidature solides au registre international MdM. En outre, les participants ont pu échanger sur cinq projets de candidatures algériens, marocains, et mauritaniens. Dr Abdelaziz Abid a incité l’audience à utiliser « le programme MdM pour refléter davantage notre patrimoine. Ceux qui bénéficieront le plus de cette formation sont les personnes qui feront elles-mêmes acte de candidature. Cela leur donnera l’occasion de savoir en détails comment suivre le processus. »

Le Secrétaire générale adjoint de la Commission nationale mauritanienne  M. Mohamedou Kane, a précisé que cet atelier l’encourage à avancer des propositions concrètes. Le représentant du comité national tunisien du Programme MdM Hedi Jellab, de son côté, a annoncé que la Tunisie présentera deux dossiers de candidatures au registre international : « Un dossier qui émane des fonds d’archives nationales et un autre dossier qui vient d’une autre institution tunisienne en charge du patrimoine musical. »

De son côté, le Secrétaire générale de la Commission nationale algérienne Prof. Mahmoudi Mourad a évoqué l’importance d’un travail de coopération régionale et multi-pays. Cet esprit de coopération internationale a été partagé par le Secrétaire général adjoint de la Commission nationale marocaine M. Mohamed Benabdelkader qui a rappelé : « L’atelier fait partie de l’agenda des actions des commissions nationales. Les perspectives donneront une visibilité à nos engagements auprès de l’UNESCO, et puis la coopération avec l’ensemble des commissions nationales.»

La représentante de l’ISESCO, Wafaa El Alami, a félicité l’UNESCO pour le choix des participants et l’approche pratique de la formation.

L’UNESCO, à travers son programme Mémoire du monde, part du principe que le patrimoine documentaire du monde appartient à tous, et qu'il devrait être préservé et protégé pour le bénéfice de tout un chacun et être accessible à tous, de manière permanente, sans obstacle aucun, compte tenu des spécificités et pratiques culturelles qui s'y rattachent.

Selon l’appel à propositions d’inscription au Registre international MdM en cours, les candidatures doivent parvenir au Secrétariat du Programme MdM avant 31 Mai 2016.

UNESCO Memory of the World workshop to strengthen Maghreb countries capacities for promotion of documentary heritage

News - Fri, 08/04/2016 - 15:04

In his opening address, Mr Michael Millward, UNESCO Representative to the Maghreb region, noted that currently only two countries in the sub-region (Morocco and Tunisia) have registered documentary heritage items on the Memory of the World Register, in spite of the rich documentary heritage of North-West Africa. He also observed that "this by no means reflects the reality and the participants’ perceptions regarding  the importance of documentary heritage”.

The workshop was moderated by two trainers, Dr. Abdelaziz Abid, a Tunisian expert and former manager of UNESCO Memory of the World Programme (MoW), and Gérald Grunberg, Chair of the French national MoW Committee. The training raised awareness of the importance to establish national MoW Committees and provided practical steps on how to create them, and how to prepare solid proposals for inscription on the MoW international Register. In addition, participants discussed five draft proposals coming from  Algeria, Morocco and Mauritania. Dr. Abdelaziz Abid urged the audience to use "the platform offered by the MoW Programme to better reflect documentary heritage of the region.” He also emphasized that the experts who themselves will prepare nominations are the ones who will benefit most of the training because they will become familiar with all details and procedures.

The Deputy Secretary- General of the National Commission  of Mauritania for UNESCO Mohamedou Kane, said that the workshop encouraged participants to put forward concrete proposals. The representative of the Tunisian National MoW Committee, Hedi Jellab,  announced that Tunisia will present for the current nomination cycle two proposals for consideration and possible inscription on the International Register.

The Secretary-General of the Algerian National Commission, Prof. Murad Mahmoudi stressed the importance of the regional cooperation and communication. The Deputy Secretary-General of the Moroccan National Commission Mr. Mohamed Benabdelkader also emphasized the importance of maintaining international cooperation and recalled: "The workshop is part of the agenda of the National Commissions activities and this gives visibility of our commitment to UNESCO, and the willingness of all national committees to cooperate”.
 
The representative of ISESCO, Wafaa El Alami, congratulated UNESCO for the very targeted selection of the participants and the very pragmatic and practical approach throughout the workshop.

UNESCO, through its Memory of the World Programme, assumes that the world's documentary heritage belongs to all, and should be preserved and permanently accessible to all without any hindrance.

According to the current nomination cycle (2015-2016)  for the MOW international Register, applications must reach the MoW Programme Secretariat before 31 May 2016.

Fuerzas de seguridad colombianas recibieron capacitación sobre la Libertad de Expresión

Noticias - Fri, 08/04/2016 - 14:42
Desde los años noventa Colombia ha venido sufriendo un incremento en el número de periodistas que han sido atacados o amenazados. Según la Fundación para la Libertad de Prensa (FLIP), solo en 2015 se registraron 232 ataques. Para contrarrestar esta tendencia preocupante, la organización Colombiana ha realizado una capacitación para fuerzas públicas sobre la libertad de expresión que fue ampliamente inspirada en el manual de la UNESCO sobre 'Libertad de Expresión y Orden Público'. UNESCO entrevistó a uno de los impulsores de esta actividad, Jonathan Bock, en el marco de su participación en la conferencia "Los Medios reunidos por la Seguridad de los Periodistas" organizada el 5 de Febrero 2016 en la sede de la UNESCO.

Formation des forces de sécurité colombiennes à la liberté d’expression

Actualités - Fri, 08/04/2016 - 14:41
Un nombre croissant de journalistes en Colombie sont agressés et menacés depuis le début des années 1990, avec 232 agressions l’année dernière selon la Fundación para la Libertad de Prensa (FLIP). Pour infléchir cette tendance inquiétante, l’organisation colombienne FLIP a mis au point une formation sur la liberté d’expression destinée aux forces de sécurité, qui s’inspire en grande partie du manuel de formation développé par l’UNESCO sur ce sujet. L’UNESCO a eu un entretien avec l’un des initiateurs de cette formation, Jonathan Bock de FLIP, qui avait participé à la conférence « Les médias se mobilisent pour la sécurité des journalistes » organisée le 5 février 2016 au Siège de l’UNESCO.

Colombian security forces trained on Freedom of Expression

News - Fri, 08/04/2016 - 14:38
An increasing number of journalists is being attacked and threatened in Colombia since the beginning of the nineties, with 232 attacks last year, according to la Fundación para la Libertad de Prensa (FLIP). To put a halt on this worsening trend the Colombian organization FLIP has developed a training for security forces on freedom of expression, which is largely based on the training manual developed by UNESCO on Freedom of Expression for security forces. UNESCO talks with one of the initiators of this training, Jonathan Bock from FLIP, who also attended the “News Organizations Standing Up for the Safety of Media Professionals” conference on 5 February 2016 at UNESCO Headquarters.

Le Président du Burkina Faso effectue une visite à l’UNESCO

Actualités - Wed, 06/04/2016 - 09:34

Au cours de leur rencontre bilatérale, le Président et la Directrice générale ont souligné le rôle indispensable que joue l’éducation pour combattre le terrorisme et l’extrémisme et favoriser le développement économique.

L’éducation, les sciences humaines et sociales, les sciences naturelles, la culture et la communication et l’information ont été au cœur de leurs discussions.

Pour ce qui est de l’éducation, la Directrice générale a apporté son soutien au Centre international pour l’éducation des filles et des femmes en Afrique de l’Union africaine (UA/CIEFFA). Les activités concernant la planification de l’éducation et la réforme des programmes scolaires, l’évaluation des progrès accomplis, la formation des enseignants et l’enseignement professionnel ont également été évoqués.

Dans le domaine des sciences naturelles, le Président et la Directrice générale ont évoqué la coopération dans le domaine de gestion et de traitement de l’eau ainsi que le développement des sciences et techniques de l’innovation.

Concernant la culture, les discussions ont porté sur le travail accompli par le Burkina Faso dans le cadre de la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles et de la Convention du patrimoine mondial.

Parmi les projets abordés dans le domaine de la communication figurent notamment la formation des journalistes ainsi que les initiatives visant à promouvoir la liberté de la presse et la représentation des femmes dans les médias. 

Le Président Kaboré était accompagné de Simon Compaoré, ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité intérieure ; de Stéphane Wenceslas Sanou, ministre du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat ; d’Alpha Barry, ministre des Affaires étrangères, de la coopération régionale et des Burkinabés de l’extérieur et de Sabine Bakyono Kanzie, Déléguée permanente adjointe du Burkina Faso et chargée d'affaires a.i. auprès de l’UNESCO.

Pages

Subscribe to Communication and Information aggregator