Actualités

Subscribe to Actualités feed Actualités
Building Peace in the Minds of Men and Women
Updated: 2 hours 54 min ago

Lancement du Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano 2017

Fri, 27/01/2017 - 16:57

Créé en 1997 par le Conseil exécutif de l'UNESCO, le Prix mondial de la liberté de la presse est destiné à distinguer une personne, une organisation ou une institution qui a contribué d’une manière notable à la défense et/ou à la promotion de la liberté de la presse où que ce soit dans le monde, surtout si pour cela elle a pris des risques.

Doté d’un montant de 25 000 USD, le prix est décerné tous les ans lors d’une cérémonie officielle à l’occasion de la conférence de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le 3 mai.

La Journée mondiale de la liberté de la presse 2017 aura lieu à Djakarta, Indonésie, le 3 mai 2017.

Le Prix est financé par les Fondations Cano (Colombie) et Helsingin Sanomat (Finlande).

Présentation des candidatures :

Pour proposer des candidats, veuillez envoyer le formulaire dûment rempli en anglais ou en français, avant le 15 février 2017, par courrier normal ou électronique à :

UNESCO
Division de la liberté d’expression, de la démocratie et de la paix
1, rue Miollis
75732 Paris cedex 15
France
Tel: 33.1.45.68.42.12
Fax: 33.1.45.68.55.84
E-mail: s.coudray(at)unesco.org

Appel à propositions : Définir les indicateurs de l’universalité de l’Internet

Mon, 23/01/2017 - 15:59

Suite à l’adoption par l’UNESCO du document final de la conférence « InterCONNECTer les ensembles » en 2015, qui est sa nouvelle approche des questions liées à Internet, et le succès du développement et de l’application des indicateurs de développement des médias du PIDC, l’UNESCO est heureuse d’annoncer le lancement d’un nouveau projet : « Définir les indicateurs de l’universalité de l’Internet ». Ce projet a pour objectif de mettre au point des indicateurs appropriés de l’Internet permettant aux différents acteurs de développer leur capacité à évaluer le développement de l’Internet, élargir le consensus international et favoriser la démocratie en ligne et les droits humains via des sociétés du savoir engagées dans le développement durable. Cette étude reposera sur le concept d’universalité de l’Internet de l’UNESCO, en tant que cadre assurant la promotion d’un Internet fondé sur les Droits humains et les principes d’Ouverture, d’Accessibilité et de participation de Multiples acteurs (résumé par le sigle D.O.A.M.).

Pour ce nouveau projet, l’UNESCO lance cet appel à propositions pour obtenir les résultats et effectuer les autres actions connexes sur une période d’un an, d’avril 2017 à avril 2018.

Résultats : Développer et finaliser un ensemble complet d’indicateurs de l’universalité de l’Internet à travers une consultation mondiale multipartite en ligne et hors ligne.

Les objectifs spécifiques sont les suivants :

1.     Développer et finaliser un ensemble complet d’indicateurs et de sous-indicateurs de l’universalité de l’Internet conformes aux normes internationales des droits humains et dans le cadre du concept d’universalité de l’Internet, qui puissent s’appliquer de manière réaliste et pratique à tous les pays quel que soit leur niveau de développement statistique.

2.     Planifier et diriger un processus de consultation mondial et régional avec des groupes multipartites, pour contribuer au projet et à l’élaboration des indicateurs de l’universalité de l’Internet, comprenant des consultations hors ligne et des outils en ligne grâce à la création et la maintenance d’une plate-forme en ligne/site web avec un accès multilingue.

Le document final définissant les indicateurs devra se présenter sous la forme d’un document en anglais de 100 pages standard maximum (320 mots minimum par page) sans compter les annexes et la bibliographie, ainsi qu’un projet de plate-forme en ligne/site web sur les indicateurs de l’universalité de l’Internet avec le nom de domaine de l’UNESCO et sur le serveur de l’Organisation.

Un document de travail des résultats sera présenté sur la plate-forme en ligne/site web du projet (qui sera créé dans le cadre de ce projet pour la consultation) et la version finale fera probablement l’objet d’une publication de l’UNESCO. Si le budget le permet, la publication sera traduite dans 4-6 langues officielles des Nations Unies, pour informer les 195 Etats membres de l’UNESCO et d’autres décideurs internationaux sur la politique liée à l’Internet.

Chaque candidature doit comporter : une description détaillée de la méthodologie de recherche, un plan détaillé de la consultation multipartite, une stratégie pour la création d’une plate-forme en ligne/site web, une définition préliminaire de 5 catégories d’indicateurs, un plan de travail, un calendrier, une description de l’équipe avec des CV et le financement requis en dollars USD avec une ventilation du budget montrant, le cas échéant, une échelle minimum et maximum de mise en œuvre.

Par conséquent, l’UNESCO invite les chercheurs, institutions, groupes de recherche, entités et organisations intéressés à envoyer leurs propositions, conformément aux termes généraux de référence, par courrier électronique à internetstudy(at)unesco.org. La date limite d’envoi des candidatures est le 28 février 2017, avant midi (HNEC).

Pour faciliter le suivi et le traitement des courriels, veuillez indiquer en objet l’intitulé « Proposal for Defining Internet Universality Indicators ».

Il est important de signaler que l’UNESCO a commandé une recherche préliminaire sur les indicateurs de l’Internet qui doit servir de base pour développer les résultats du projet. Ce document préliminaire sera fourni aux candidats intéressés sur simple demande à la même adresse électronique : internetstudy(at)unesco.org

Un accusé de réception des candidatures sera envoyé mais SEULES les organisations choisies seront informées de la suite de la procédure.

Pour de plus amples renseignements, veuillez contacter Mme Xianhong Hu et M. Josselyn Guillarmou.

Veuillez consulter les termes généraux de référence ici.

Documents de référence et liens :

L’UNESCO et France Médias Monde renforcent leur coopération

Fri, 16/12/2016 - 18:25
Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO et Marie-Christine Saragosse, Présidente-directrice générale de France Médias Monde - qui regroupe les médias français internationaux Radio France Internationale, France 24 et Monte Carlo Doualiya – ont signé mercredi 14 décembre au siège de l’UNESCO un accord-cadre de partenariat visant à formaliser des partenariats existants et à développer de nouvelles collaborations.

La Directrice générale demande une enquête sur le meurtre du journaliste Jesús Adrián Rodríguez Samaniego au Mexique

Tue, 13/12/2016 - 19:16
La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a demandé aujourd’hui qu’une enquête soit conduite sur le meurtre de Jesús Adrián Rodríguez Samaniego, journaliste à Chihuahua, au nord du Mexique.

Radio Climat, média communautaire de la COP22, met à l’antenne les voix de la jeunesse !

Fri, 09/12/2016 - 10:40

Du 7 au 18 novembre 2016, la plateforme Radio Climat soutenue par l’UNESCO a accueilli plus de 150 invités et a diffusé en direct pendant plus de 90 heures, dont 7 heures de couverture sans interruption et en direct de la « Marche pour le climat » le 13 novembre. Plus de 200 reportages furent produits, ainsi que 48 bulletins de nouvelles.

Les productions de Radio Climat ont été transmises en ligne sur http://climateradio.net/ et partagées dans les Creative Commons (CC-BY-NC) pour rediffusion par des radios communautaires dans plus de 18 autres pays dont le Mali, la Jordanie, le Sénégal, la Tunisie, l’Ouganda, ainsi que le Canada, les Etats-Unis, la France, et le Mexique. La radio a également diffusé localement sur 100.1 FM, ciblant plus de cinquante mille délégués de la COP22 ainsi que les résidents de la région Marrakesh-Tensfit-El Haouz, et faisant de Radio Climat la première radio sur fréquence FM au Maroc à être dirigée de manière associative.

L’équipe de dix-huit jeunes producteurs de radio d’organisations de la société civile d’Algérie, Angola, Cameroun, Jordanie, Israël, Maroc, Palestine, Rwanda et Tunisie ont été sélectionnés dans le respect de l’équilibre de genre à travers un appel ouvert. Ils ont été formés sur la base d’outils de l’UNESCO tels que Le changement climatique en Afrique : Guide à l'intention des journalistes.. Une enquête globale sur les besoins éditoriaux de la radio communautaire a été engagée avant que la production débute.

Une des productrices de Radio Climat, Mme Leyla Mutebi, de l’Ouganda, a dit : « La COP22 m’a donné l’opportunité d’élargir mes connaissances sur les causes, effets et mesures d’adaptations adoptées pour combattre le changement climatique. » Mme Mutebi a poursuivi en expliquant que « C’était une opportunité très stimulante en tant que journaliste, de couvrir un événement mondial où j’ai effectué plusieurs interviews avec des personnalités de haut rang comme Irina Bokova, Directrice Générale de l’UNESCO, l’ambassadrice Dessima Williams, Conseillère Spéciale du Président de l’Assemblée générale des Nations Unies pour la réalisation des Objectifs du Développement Durable, Lakshmi Puri, Directrice exécutive adjoine de ONU Femmes, entre autres. »

Radio Climat a aussi cherché à faire progresser l’objectif 16 des Objectifs du Développement Durable (ODD), en particulier sa cible 10 (Garantir l’accès public à l’information et protéger les libertés fondamentales). En s’appuyant sur le mandat et l’expertise de l’UNESCO, Radio Climat contribue à faire face au changement climatique et à questionner le rôle des médias communautaires dans la mise en place de plateformes pour la liberté d’expression et la liberté de la presse.

Radio Climat était coordonnée par l’Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC), en partenariat avec le Forum des Alternatives Maroc (FMAS), avec le financement et le soutien du bureau de l’UNESCO à Rabat dans le cadre du programme Réseaux de la Jeunesse Méditerranéenne (NET-MED Youth), financé par l’Union Européenne et par l’Agence de la coopération suédoise pour le développement international (SIDA). Cette initiative a été développée en partenariat avec le comité de coordination de société civile COP22.

Pour plus d’information à propos de COP22, visitez Participation de l’ UNESCO à la COP22 et le site web de la COP22.  

La Directrice générale condamne le meurtre du journaliste Dharmendra Singh dans l’Etat de Bihar (Inde)

Tue, 29/11/2016 - 12:19

« Je condamne le meurtre de Dharmendra Singh », a déclaré la Directrice générale. « Chaque crime visant des journalistes est un revers pour la liberté d'expression, la liberté d’information et l’Etat de droit. Il est dans l'intérêt de la société dans son ensemble que les autorités enquêtent sur ce crime et traduisent ses auteurs en justice ».

Dharmendra Singh, journaliste pour le quotidien national en hindi, Dainik Bhaskar, a été abattu par trois inconnus le 12 novembre dans la ville de Sasaram.

La Directrice générale publie des communiqués sur le meurtre des professionnels des médias conformément à la résolution 29 adoptée par les Etats membres de l’UNESCO au cours de la Conférence générale de 1997 intitulée « Condamnation de la violence contre les journalistes ». Une liste complète des journalistes assassinés ayant fait l’objet d’une condamnation par l’UNESCO est disponible en ligne.

***

Contact médias : Sylvie Coudray, s.coudray(at)unesco.org, +33 (0) 1 45 68 42 12

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies dont la mission consiste à défendre la liberté d’expression et la liberté de la presse. En vertu de l’Article premier de son Acte constitutif, l’Organisation est tenue « d’assurer le respect universel de la justice, de la loi, des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinction de race, de sexe, de langue, ou de religion, que la Charte des Nations Unies reconnaît à tous les peuples ». À cette fin, elle « favorise la connaissance et la compréhension mutuelle des nations en prêtant son concours aux organes d’information des masses ; elle recommande, à cet effet, tels accords internationaux qu’elle juge utiles pour faciliter la libre circulation des idées, par le mot et par l’image ».

 

Pages